E.T. Moteur Koni Réfection Raccourcir un Koni Retour


Le reconditionnement d'un amortisseur Koni série 76


Pourquoi reconditionner alors qu'une paire d'amortisseurs neufs est tellement plus simple ....
Pour ne pas céder à la facilité et éventuellement sauver quelques euros.

Je ne parle que des Koni série 76, car les 7610 sont déjà étudiés sur plusieurs autres sites.

Préambule : les tiges chromées doivent être exemptes de toute marque ou corrosion.
Ces tiges mesurent 11,75mm et ce diamètre n'existe pas dans les standards industriels.
De plus les tiges ne sont pas disponibles en neuf.

Mais il va quand même falloir acheter quelques pièces.

Le démontage

La dépose des ressorts se fait avec deux compresseurs ad hoc trouvables facilement chez tout marchand d'outillage auto.
On peut aussi appeler un copain costaud et pendant que un comprime le ressort, l'autre retire la coupelle.
On trouve dans l'ordre et de haut en bas :
* un contre écrou
* une rondelle d'appui
* une éventuelle entretoise
* la butée en caoutchouc
* une rondelle fendue en téflon
Dépose du contre écrou.
Dépose du nez de vérin.
N'oubliez pas que ça n'a proabablement pas été démonté depuis plus de 30 ans. donc le joint peut être collé.
Il est impératif de bien chauffer au décapeur avant toute tentative de devissage.
Le joint torique à l'intérieur est bien collé donc ça ne va pas venir tout seul.
En cas de présence de traces de corrosion, ne pas hésiter à alterner chauffe + dégrippant sur plusieurs jours.
Outil fait maison avec pions interchangeables. Les pions sont en stub.
Avec un peu de chance ça va venir comme ça.
J'entraine l'outil avec une pince étau en appuyant fortement pour qu'il ne ripe pas.
Certes, le nez de vérin ne sera probablement pas réutilisé,
mais ça reste plus rapide que la solution suivante et on risque moins d'abîmer la tige de vérin.
Mais il arrive que ça se termine de manière virile à la pointerole et la massette de 1000.
Une fois le nez de vérin dévissé, il faut en premier lieu oter le joint torique avec une petite pointe.
Le nez de vérin ne viendra pas sans oter ce joint.
Par principe, il faut penser à recueillir toute l'huile pour en mesurer le volume.
Une fois tout démonté, on doit avoir tout ça.
Ici c'est propre mais normalement ça dégouline de trucs tout sales et tout gras.

Le nettoyage

Le nettoyage est très important, des amortisseurs vieux de 40 ans peuvent révéler des surprises.
De l'huile polymérisée, dure ou collante, de la boue, de l'humidité, etc ...
Ou tout à la fois ....
Pour le nettoyage, essence, dégrippant, dégraissant, soufflette sont un bon début.
Mais un nettoyage aux ultrasons donne d'excellents résultats.
Quasi indispensable pour l'ensemble de clapets du fond qui est indémontable.

Le piston comportent de très petits passages d'huile qui peuvent rester obstrués.
Les différentes méthodes de nettoyage non agressif n'ayant rien donné,
j'ai utilisé des alésoirs à gicleurs.
Attention les alésoirs sont en acier et cassent comme du verre.
Donc du doigté et de la douceur.
Il faut débourrer régulièrement, dégraisser, souffler, recommencer ...

Sur la tige, il y a aussi de petits trous à contrôler.


Contrôles

Il faut impérativement passer la tige au comparateur.
Au dessus de 5/100e, il faut redresser.
Pour être sûr que le tube n'ait pas été déformé, le piston doit passer librement d'un bout à l'autre.

Le remontage du piston

Normalement tu dois avoir tout ça sur l'établi
En plus les pièces sont dans l'ordre du démontage ... Super
Bin non, elles sont dans l'ordre, mais pas dans le bon sens.

Voila, voila ...
Sur chaque photo les pièces sont dans leur sens d'empilage.
Se méfier particulièrement de la rondelle hexagonale et de la rondelle ressort ondulée.
Allez hop ... c'est parti ....
On commence par mettre le nez de vérin, suivi du joint biconique
(dans le cas ou vous oseriez le remonter tel que).
La rondelle conique
Le ressort de maintien du joint, à ne pas confondre avec celui du piston.
Ça ne mange pas de pain de mettre tout de suite le torique de nez de vérin.
La bague de nez de vérin, à mettre dans le bon sens, car elle vient se positionner dans le tube interne.
La tige est enfin prête à recevoir l'ensemble piston.
La première rondelle plate.
La rondelle ressort ondulée dont le bombé vient contre la rondelle plate.
Le clapet.
L'entretoise.
On peut enfin visser le piston.
Serrage aux mordaches alu, attention de ne pas coincer le clapet sous l'entretoise.
Bien vérifier que l'entretoise n'et pas coincée sous le clapet.
Le clapet doit pouvoir bouger de 0,5mm environ.
Le clapet hexagonal interne dont la face rainurée se place coté piston.
Le ressort du clapet.
L'écrou à ergot de réglage du ressort.
Il faut le serrer à la main jusqu'au dépassement du filetage.
Mis en place de la vis de butée de l'écrou à ergot.
Ne pas faire cette erreur, ici tu vas serrer la vis sur l'écrou.
En dehors du fait que l'ensemble de tige sera trop long et pourrait buter au fond,
rien n'est serré comme il faut, ça va finir par se barrer.
Serrage de la vis à 1 m.kg maximum.
La vis est du M6 avec une tête de 11mm.
Il faudra peut-être usiner un peu une douille pour que ça rentre.
Ramener à la main l'écrou de réglage sur la vis de butée.
A moins de forcer comme un boeuf,
on ne pourra desserrer la petite vis en desserrant l'écrou de réglage
car les pas des filetages ne sont pas les mêmes
C'est prêt à monter.

Montage du joint nouveau modèle

Dans la vraie vie, il ne faut pas remonter un joint vieux de 30 ans.
Or le joint biconique n'est plus disponible.
Et le joint spi de ø11,75mm n'existe pas non plus ... sauf chez Ikon.
Donc comme un débutant, je fais ma petite commande qui va bien chez Ikon
à savoir un joint nouveau modèle et le nez de vérin.


Le nez de vérin en position ... ça rentre ...


bin non ... ça ne rentre pas ....
Hé bin didonc ... le filetage des séries 76 est du ø33 24 tpi ( si si, je vous jure que c'est vrai)
Et le filetage des séries 76xx est du M33x100
De plus,
Les nez de vérin de la série 76 se révèlent plus longs de 3 mm que ceux de la série 7610.
A gauche le nez de vérin de la série 7610 avec son joint à lèvres classique.
A droite le nez de vérin de la série 76 avec son joint biconique introuvable.
Donc refabrication de nez de vérin en alu 7075 à la bonne longueur.

A droite, le nez de vérin des séries 76 ø33x24tpi
Au milieu le nez de vérin des séries 76xx M33x100.
A gauche le nez de vérin pour les séries 76 mais avec le logement pour le joint à lèvres des séries 76xx
Attention au petit lamage sur la pièce refabriquée, il est très important car il va venir
centrer la bague de guidage en fonte et appuyer sur le joint torique d'étanchéité.
Le nouveau nez de vérin, le joint spi, le petit outil de pose du joint spi.
On serre tout ça gentiment dans l'étau avec des mordaches alu après avoir bien tout lubrifié.

Remontage du fût interne

Le puzzle avant reconstitution.
En résumé :
Il va falloir remettre tout ça dans le tube extérieur.
Un premier un assemblage à blanc de l'amortissement.
L'entretoise en bronze du bas n'a qu'un sens de montage, et le clapet du bas aussi.
Cette entretoise peut aussi être en acier.
Montage à blanc complet pour voir si tout va bien.
Le ressort est calculé maison pour avoir la bonne raideur dans la place disponible.
Il ne reste plus qu'à tout démonter pour sablage et peinture.
Une fois la peinture faite, il faut mettre de l'huile ...
En me basant sur le tableau de graissage de la page documentation,
ces amortisseurs mesurant 300mm d'ente-axe, j'ai mis 62 cm3 d'huile de fourche 5W.
Pour l'affinage du choix de la viscosité, je vais attendre de faire un essai longue durée.

image ensemble à l'envers

Assembler le tube intérieur, la bague bronze de fond, le clapet et la rondelle
Enfiler le fourreau inférieur dessus.
En tenant les éléments interne, retourner l'ensemble et
serrer le fourreau inférieur dans un étau
Vérifier que tout est encore en place
Vider gentiment la seringue dans le tube intérieur
Il n'y a pas assez de volume pour la mettre entre le tube et le fourreau.
Insérer gentiment et en prenant son temps l'ensemble tige piston.
Porter attention sur la bonne localisation de la bague de guidage, le tube intérieur doit être bien en place.
Positionner le joint torique.
Engager le nez de vérin à la main.
Serrer le nez de vérin à l'aide ce ce bel outil ou d'une clé à ergot.
Le nez de vérin en place.
Et voila les deux amortisseurs prêts à recevoir des ressorts bien calculés.